Une relation malheureuse : Faut-il rompre ou se battre ?

Nous prenons soin de notre corps en comptant les calories, en allant chez le médecin et en faisant nos courses dans les magasins d’aliments naturels pour éviter de consommer des polluants nocifs. Qu’en est-il de la toxine de l’âme qu’un partenariat misérable et sans amour nous fournit quotidiennement ? Comment savoir si une relation peut toujours être sauvée ou si une rupture est l’option la moins douloureuse pour toutes les personnes concernées ? Existe-t-il un juste milieu ? Découvrez dans cette article des conseils précieux si vous vivez une relation malheureuse et que votre couple bat de l’aile.

couple triste

Suis-je dans une relation malheureuse ?

Marié depuis quelques années, avec une carrière stable, une maison à moitié payée, et deux bonnes filles en âge de fréquenter l’école primaire, la vie semble belle. Sauf qu’une sensation lancinante que quelque chose ne tourne pas rond pèse dans votre tête.

Un regard plus profond montre que là où il y avait autrefois de l’amour et une relation proche, il y a maintenant peu de passion. Et je ne dis pas seulement dans la chambre à coucher. Le sexe existe, mais il est peu fréquent et prévisible. Qu’est-il advenu du petit-déjeuner au lit du dimanche, autrefois apprécié ? Où sont passés les vendredis soirs dans le bar du coin, où l’on débattait des ambitions, des craintes, des espoirs, des nouvelles aspirations et des rêves potentiels jusqu’aux petites heures du matin ? Et pourquoi y a-t-il un vague désir qui réclame d’être satisfait à un volume toujours plus grand ? À quoi aspire-t-il précisément ? Le sexe ? De la tendresse ? Qu’est-ce que le concept d’intimité ? Y a-t-il des surprises ? Ou peut-être d’un nouvel amour ?

Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, vous êtes comme des millions d’autres partenaires qui ne peuvent pas se sentir l’un l’autre à cause de leur vie bien remplie. Et ils ne savent pas s’ils sont faits pour être ensemble ou non. De l’ambiguïté du “je ne me souviens pas” à la résignation du “je ne veux plus savoir”, il n’y a qu’un pas. Le temps d’un week-end, un débat au départ anodin se transformera rapidement en un âpre échange de valeurs, assorti de menaces, d’allégations méchantes et de commentaires dépréciatifs impossibles à corriger. Noël, le Nouvel An ou le début des vacances annuelles tant attendues sont des périodes typiques pour certaines querelles de “point de non-retour”. Même si des excuses sincères sont présentées, le sentiment de ne plus être heureux ensemble persiste.

Il existe deux voies pour sortir de cette situation relationnelle malheureuse, soit choisir la séparation, soit régler les problèmes et prendre un nouveau départ.

Comment savoir si je suis malheureux dans une relation ?

Aussi scandaleux que cela puisse paraître, une rencontre extra-conjugale dans un tel scénario vous aidera potentiellement à vous réveiller de votre stupeur malheureuse et à reprendre le contrôle de votre vie. Une brève expérience avec une autre entité déclenchera également un véritable feu d’artifice des émotions et des moments de plaisir qui semblent s’être estompés tout au long du partenariat.

La vérité est que les mariages insatisfaisants nous rendent malades. Et si nous partageons une table et une chambre, nos corps et nos âmes souffrent tandis que notre besoin d’unité satisfaisante est insatisfait. Vivre apathiquement l’un à côté de l’autre sans se sentir bien ensemble peut aussi être fatal. Le malheur chronique a été lié à des problèmes cardiaques, à des ulcères d’estomac, à des déséquilibres chimiques et même à des cancers.

Comme c’est toujours le cas en général, notre corps est un peu plus intelligent que notre cerveau. C’est pourquoi, afin de nous sentir “bien” à nouveau, nous créons souvent des flirts ou une petite liaison extraconjugale pour échapper d’urgence à l’épuisement émotionnel. Le compagnon extérieur n’est pas vraiment le dernier grand amour, mais parfois une sorte de médicament. Jusqu’à ce qu’un tollé d’indignation résonne sur le webzwo : Non, il ne s’agit pas de lisser les événements !

Au contraire, il s’agit d’attirer notre attention sur ce que nous sommes en train de perdre. Dans nos amitiés, nos âmes, et nos vies. Ce n’est qu’alors que tout sera changé pour le mieux ! La manière dont commence cette phase de prise de conscience est secondaire. Et les choses commencent à devenir passionnantes.

Lorsque l’un des deux partenaires malheureux se réveille, les questions essentielles ne peuvent plus être ignorées longtemps : Doivent-ils être ensemble ou non ? Divorce ou conseil conjugal ? Partenariat ouvert, vie sans sexe ou nouveau départ ? Ou bien retourner à une ignorance fade, “jusqu’à ce que la mort nous sépare” ?

Faire le point sur votre relation

Si vous faites depuis longtemps quelque chose comme “nous sommes toujours très heureux, cependant…”, il est temps de vous avouer que vous essayez d’échapper à un choix. Est-ce là votre expérience ? Alors vous devriez faire une pause. Vous réalisez que vous ne pouvez pas continuer à faire ça. Et rien ne va s’améliorer tout seul.

Alors consacrez un ou deux jours à ce problème et allez à la racine du problème. Juste un jour, mais tout de suite. Vous pouvez faire n’importe quoi en tant que communauté ou individuellement. Toutefois, veillez à en discuter afin qu’il n’y ait pas de malentendus. Un retrait implicite pourrait exacerber la situation.

S’il vous plaît, ne créez pas de raisons telles que l’affluence pendant les vacances, les engagements familiaux ou un manque de fonds ! Il n’y a pas de travail plus important que votre bonheur amoureux ! Prenez quelques jours de congé pour cause de fatigue extrême, parquez les enfants chez des parents ou des beaux-parents, et mettez le compte bancaire à découvert si possible. Le plus important est de se lancer. Allez dans un nouvel endroit, séjournez dans une chambre d’hôtes agréable, et faites le point. Bavardez lorsque vous êtes ensemble. De ce que vous avez ressenti à propos de l’amitié. Notez ce qui vous préoccupe lorsque vous êtes à la maison.

Ne vous retenez pas par une sorte de fausse diplomatie, mais dites simplement à l’autre ce qui vous anime. Posez toutes les questions qui vous viennent à l’esprit. Oui, cela fait mal, mais c’est bénéfique ! Éteignez souvent l’ordinateur, le bureau et la télévision. Tout se résume à vous.

Prenez note des mots que vous utilisez. Ils sont le reflet direct de votre existence émotionnelle. Les expressions relatives telles que “oui, pourtant” et “les deux” ne font que laisser des failles ouvertes et vous empêchent de vous engager. Montrez votre vrai visage. Lorsque vous dites “ouais”, assurez-vous que vous le pensez vraiment. Et ayez le courage de prononcer un “non” ferme. C’est plus proactif qu’un lâche “peut-être” qui ne se traduit jamais par une action.

La séparation peut faire aussi mal que rester dans une relation

La pire des situations s’est produite. Vous avez fait vos devoirs. Vous avez réalisé que vous n’êtes pas seul à être malheureux. Votre femme n’a aucune idée de ce que vous désirez. Il a également répondu de manière agressive à vos questions car, à son avis, vous mettez inutilement en péril un partenariat réussi. Et maintenant ?

L’idée qu’un conjoint soit déprimé alors que l’autre n’a rien à se reprocher n’est pas une anomalie, mais se produit souvent. Tous les couples ne sont pas vraiment assez autocritiques ou véridiques pour accepter que quelque chose doit s’améliorer. Il ne sert plus à rien de dire à votre petite amie : “Tu n’es pas du tout satisfaite ; tu te vends juste parce que tu peux repousser notre fonction de partenaire !” Si vous le faisiez, vous ne feriez que renforcer l’incapacité à se livrer à une auto-réflexion sincère.

Vous êtes complètement seul. Quoi que vous déterminiez aujourd’hui, vous participez au processus de décision entre vous et votre partenaire. C’est maintenant à vous de décider comment le partenariat peut progresser. Un conseil : apprenez à être plus égoïste. C’est VOTRE monde. Vous avez droit au bonheur. Faites donc ce qui vous met à l’aise.

Et il est vrai qu’il vaut mieux le dire que le faire. Vous êtes sur le point de faire l’un des choix les plus difficiles de votre vie. Il y a une longue histoire de liens, de vie quotidienne ensemble, de parents, de routine et du bien-aimé “petit bonheur”. Il n’y a pas d’urgence à intervenir car la situation n’est pas si grave. Et y mettre fin serait atrocement douloureux. Est-ce vraiment nécessaire ? Dans l’autre camp, à la suite de moments de plaisir cachés avec un partenaire adultère, vous rencontrez des périodes de plus en plus misérables, une dépression à deux, un désir inassouvi, et peut-être aussi des sentiments de remords.

Si vous avez une future petite amie extérieure, cela pourrait rendre la perspective d’une rupture plus attrayante pour vous : retardez-la ! Utiliser un adultère comme tremplin pour sortir d’un partenariat malsain sera injuste pour vous tous.

Préférez-vous être malheureux en couple plutôt que de recommencer seul ?

Passez-vous tout votre temps avec votre petite amie parce que vous avez peur d’être seul ? Pouvez-vous voir toutes les excuses plausibles et improbables pour être ensemble ?

  • On se séparera quand les enfants seront plus grands ; on ne peut pas encore le faire.
  • Nous ne pouvons pas divorcer car notre situation financière ne le permet pas.
  • Cela irriterait la belle-famille.
  • Nous nous entendrons bien si je me ressaisis.
  • Il ou elle évoluera.
  • Quel est l’intérêt de tout ce charabia psychologique ?

Individuellement, les commentaires peuvent être justifiés, mais si vous vous y accrochez comme à une paille au lieu de penser à vous sentir bien, c’est que quelque chose ne tourne pas rond dans votre image de vous-même. Pouvez-vous comprendre ce que signifie pour vous le terme “addiction aux relations” ?

Si tout est plus attirant qu’une rupture, même si vous êtes désespérément triste, il n’y a pas de passion excessive à l’œuvre, mais plutôt une dépendance. Vous êtes avec votre compagnon parce que vous ne pouvez pas survivre sans lui, pas parce que vous l’aimez. Et vous vous pliez, faites semblant, ignorez vos désirs, tout cela pour que vous puissiez rester ensemble.

Un mécanisme relationnel de type dépendance n’apparaît pas immédiatement, mais se développe plutôt au fil du temps. Si vous êtes dans un état de panique à l’idée de mettre fin à votre partenariat et que vous êtes incapable de raisonner correctement, demandez l’aide d’un thérapeute relationnel. La dépendance à l’égard d’une relation en cours n’est pas un trouble, mais plutôt le signe de problèmes plus profonds qu’il convient d’examiner de plus près !

Prendre un nouveau départ pour briser le négatif dans une relation

Partez du principe que vous et votre partenaire acceptez que les choses ne peuvent pas continuer comme elles le font. Une aventure ou une liaison ont peut-être été de bonnes mesures de diversion, mais c’est tout ce que vous avez – sauf qu’il y a maintenant quelques autres sujets sur lesquels se battre. Mais il s’agit soit d’une rupture, soit d’un effort pour relancer le partenariat en se concentrant sur celui-ci.

Promenez-vous tranquillement dans votre salon commun. Jetez un coup d’œil sur vous. Appréciez le cadre. Votre compagnon ou votre compagne n’est peut-être pas là physiquement, mais il ou elle est là partout. Chaque espace contient des images et des souvenirs infinis de votre vie commune, qu’il s’agisse de son odeur, de ses vêtements, de photographies, de livres, de chansons ou de plantes. Qu’est-ce que votre cœur a à dire ? Voulez-vous passer le reste de votre vie avec cette personne ?

Et commencez la guerre. Pas l’un contre l’autre, juste pour le bien de votre bonheur mutuel. Cela ne nécessite pas l’intervention d’un conseiller conjugal. La première chose à faire est d’être plus francs l’un envers l’autre que vous ne l’avez été jusqu’à présent. Le malheur découle principalement de désirs inassouvis, non exprimés. Avez-vous déjà formulé ces désirs directement auparavant ? Si vous voulez changer quelque chose dans votre vie sexuelle ? Une nouvelle position ? Un changement d’adresse ? Préférerez-vous discuter avec votre amie tout au long de la soirée plutôt que de rester isolé devant la télévision et de vous endormir ? Voulez-vous vous retirer chez vous plutôt que de vivre une nuit dans votre chambre commune ? Voulez-vous essayer de vivre seul pendant un mois pour voir ce que ça fait ? Séparation solaire, si vous le pouvez.

Les options sont presque illimitées. Aucune d’entre elles ne doit être aussi sévère qu’une pause d’essai ou un changement de travail. Il ne s’agit pas seulement du “quoi”, mais de le faire ensemble. Laissez tomber vos cheveux ! Osez aussi revendiquer “l’impossible” ! Le bonheur ne devrait pas entrer dans les couples tristes et déçus, mais plutôt dans les couples qui osent rêver un peu de temps en temps ! L’art d’un bon travail de couple consiste à savoir affronter les moments douloureux avec humour, en donnant à l’autre l’impression qu’il peut compter sur l’autre.

Quand la relation est condamnée à l’échec

Cela n’a pas marché jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Pas avec un conseil de couple, pas avec un travail de partenariat ludique, et même pas avec une liaison comme une sorte de soulagement de la frustration. On dirait que vous êtes déchiré de l’intérieur, plein de souffrance mais toujours apathique. Ils ne peuvent pas continuer comme ça. Il n’y aura plus de guerre, mais il n’y aura plus de persévérance.

Sans être trop émotif, cet état ambivalent est extrêmement risqué. Il peut aussi conduire à des idées suicidaires et vous rendre incapable de faire des choix. Ni dans votre vie personnelle, ni au travail. L’adage “Mieux vaut un divorce heureux qu’un mariage malheureux” est juste, mais il faut en chercher vigoureusement la fin. Si vous êtes dans un état tel que vous n’avez même pas le pouvoir de vous séparer, vous avez besoin d’aide. C’est important.

Non, un psychiatre ne peut pas faire le choix ou avoir avec vous la conversation de rupture avec votre femme. Cependant, il vous aidera à vous redécouvrir afin que vous puissiez faire un choix. Il vous aidera à accepter que votre amitié a échoué. Et il parlera des causes pour vous afin que vous ne reproduisiez pas d’habitudes néfastes dans votre prochaine relation.

En outre, plusieurs thérapeutes proposent des conseils en cas de rupture ! Il s’agit d’une combinaison de conseil social, de conseil en couple et d’aide à la vie réaliste. Cela permet de s’assurer que vous n’êtes pas isolés tous les deux avec votre détresse personnelle. La fameuse bataille des fleurs, qui n’est déclenchée que par une agonie de rupture impuissante et des accidents profonds, peut également être évitée.

Et si cette déclaration peut sembler moqueuse aux partenaires nouvellement divorcés qui dorment entre des cartons d’emballage et luttent pour passer le jour suivant à cause de la misère et du chaos : si vous êtes faits l’un pour l’autre, tout peut arriver pour vous remettre ensemble.

Il ne s’agit pas d’un vœu pieux et sentimental visant à atténuer l’agonie de la rupture. Cependant, il est tout à fait probable que la rupture radicale puisse provoquer la transformation nécessaire de vos vies pour que vous puissiez recommencer ensemble. Laissez-vous guider…

proposez votre avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *